Date

2. Sett. 1828.

[4362,1]  Alla p. 4312. Plusieurs peuplades de l'Afrique, de l'Amérique ou de la Polynésie, chez lesquelles une écriture tout-à-fait étrangère s'est introduite avec la prédication du christianisme, lorsque leur langage avait été élaboré, dans l'absence de toute écriture, pendant une longue suite de siècles, pouvaient etc. Ib. 1826. t. 5. p. 338-9. art. 485.

[4362,2]  Alla p. 4340 fin. Dissertatio, histor. inaug. de Guglielmo Tellio, libertatis Helveticae vindice, quam examini submittet J.-J. Hisely. In 8° VIII et 69. pag. Groningen, 1824. (Bek's Allg. Repertor., 1825., 1r vol., p. 213.)... Dans le chap. 2. l'aut. examine les faits historiques attaqués par Freudenberger. Il résulte de cet examen que G. Tell est injustement accusé d'homicide. Ib. 1826. t. 6. art. 138. p. 162. { V. p. 4372.}

[4362,3]  Alla p. 4322. fin. - M. Granville Penn donne lecture (à la séance du 21 juin 1826, de la Société royale de Littérature de Londres) d'une notice intéressante sur le mètre du premier vers de l'Iliade. Des éditeurs et commentat. modernes se sont efforcés de démontrer que ce vers pouvait être 4363 rendu métrique (chi ne dubita, alterandolo a piacere?); cependant une grande autorité classique ( Plutarque, de Profect. virtut. sentiend. c.9,) le déclare non-métrique (ἄμετρον). (E così chiamano gli antichi molti altri de' versi d'Omero. {+ V. p. 4414.}) Pour le rendre métrique, dans leur sens, suivant la construction ordinaire du vers, ils ont contracté δεϊω, du mot πηλήίαδεϊω, (sic) en δω. Dans un autre passage Plutarque, expliquant dans quel sens il appelle ce vers non-métrique, avance que le 1.r. vers de l'Il. contient le même nombre de syllabes que le 1.r. vers de l'Odyssée, et qu'il en est de même du dernier vers de Il. à l'égard du dernier vers de l'Od. (Sympos., l. 9., c. 3.) Or, le 1r vers de l'Odys. se compose de 17 syllabes; savoir de 5 dactyles et d'un spondée, nombre exact contenu dans le vers, Mῆ-νιν ἄ-ει-δε, Θε-ά, Πη-λη-ί-α-δε-ω A-χι-λῆ-oς [Ἀ-χι-λῆ-ος]. C'est pourquoi M. Penn pense que le poëte, en articulant le vers, fit une pause au pentamètre, qui se termine par Θεά, et renouvela l'arsis sur la syllabe suivante: Mηνιν ἄ|ειδε, Θε|ά, Πηλη|ιαδε|ϊω Aχι|ληoς. L'auteur soutient qu'il y a, malgré la transgression des lois du mètre, dans la réplétion et la volubilité du vers exordial, une magnificence d'images semblable à la première irruption des eaux d'une rivière, au moment où l'on ouvre l'écluse qui les retient, et avant que ces eaux, reprenant leur pente naturelle, coulent d'un cours uniforme et régulier; ce qui paraît beaucoup plus analogue au début de ce poëme majestueux, que le mètre rigoureusement mesuré qu'on lui a imposé. Bull. etc. 1826. t. 6. art.207. p. 239. Il principio 4364 dell'Iliade, secondo Müller (v. la p. 4321. lin.16.) non è di Omero, ma aggiunto da' διασκευασταί. Se ciò è vero, che dir de' versi dell'età omerica, se si trovano ametri anche quelli di tempi posteriori a Pisistrato?

[4364,1]  Alla p. 4170. fin. La casa delle pitture, c'est ainsi qu'on nomme une maison découverte à Pompéi à cause des fresques quelle offre, les plus belles et les mieux conservées de toutes celles qu'on a trouvées jusqu'en ce moment. Le 12 février 1825, on commença à débarrasser l'entrée de cette maison. On trouva sous la porte un fragment de mosaïque d'un travail médiocre. Il représente un grand chien, la chaîne au cou, dans la position de défendre l'entrée de la maison. Au bas se trouvent les mots suivans: CAVE CANEM. Bull. de Féruss. loc. cit. alla p. 4312. janv. 1826. t. 5. art. 4°. p. 45. (2. Sett. 1828.)